August 23, 2021

Olympics Tokyo 2021

Dans un contexte particulier dû à la situation sanitaire actuelle, les Jeux Olympiques de Tokyo ont finalement eu lieu. Nous avons pris l’avion le 18 juillet pour nous rendre au Japon avec toute la délégation française (Pauline Ado, Jérémy Florès et Michel Bourez). Après un parcours du combattant à l’aéroport pour nous contrôler et nous isoler de la population locale, nous avons établi notre camp à Ichinomiya (préfecture de Chiba) à 180km de Tokyo. Nous avions un hôtel à 5 minutes du site de compétition du Tsurigasaki Beach, que nous partagions avec les Italiens (Léo Fioravanti) et les Allemands (Léon Glatzer). Hormis pour nous entrainer sur le site olympique, nous ne pouvions sortir de l’hôtel et étions confinés. Les cinq jours précédents la compétition ont donc été consacrés au surf sur le site mais les vagues étaient totalement absentes! Heureusement, avec Simon, nous avons pu faire quelques petites sessions d’entrainement physique et aussi quelques (beaucoup!) parties de ping pong :)
Quelques jours avant l’épreuve, la waiting period est passée de 4 à 8 jours, ce qui nous laissait penser que les conditions choisies seraient optimales. Malheureusement non! Malgré le typhon au large des côtes et les vagues annoncées les jours suivants, la compétition a démarré dès le premier jour dans des vagues très moyennes. Sur ce spot qui change en quelques minutes, j’ai eu l’opportunité d’avoir quelques vagues correctes pour mon premier tour mais rien d’incroyable. Le lendemain, malgré le vent et les vagues médiocres, la compétition s’est poursuivie…c’était un peu la loterie dans l’eau et les 30 minutes n’étaient pas suffisantes pour scorer deux bonnes vagues. J’en ai fait les frais face à la Portugaise Yolanda Hopkins qui a trouvé une belle opportunité dès l’entame de la série (10.84 contre 9.40). Mon parcours s’est donc achevé au 3ème tour, avec la frustration de ne pas avoir surfé. J’attendais des Jeux une vraie fête et une belle vitrine pour notre sport qui faisait ses débuts dans l’Olympisme… Le Covid-19 a gâché la fête et le spot choisi pour la compétition n’a pas été à la mesure d’offrir le spectacle attendu. Quel dommage! Forcément, en tant que sportifs nous sommes frustrés, mais nous sommes également conscients que les spectateurs ont été déçus . Le seul point positif est que les Jeux ont pu avoir lieu, grâce à la mobilisation de nombreuses personnes à travers le monde, notamment aux Japonais qui étaient pourtant défavorables à la tenue de l’évènement, alors merci à tous ceux qui ont rendu cela possible dans ce contexte et félicitations aux premiers médaillés olympiques de l’histoire du surf: Carissa Moore, Bianca Buitendag, Amuro Tsuzuki, Italo Ferreira, Kanoa Igarashi et Owen Wright.