August 1, 2022

JBay #9

Tellement contente de retourner à Jeffrey’s bay après 3 ans d’absence! J’aime vraiment les vibes de cet endroit, de ce pays, sans parler de la vague en elle même! Supertubes est une vague à part: c’est une vague facile, difficile à surfer :)

Comme à chaque fois, je suis arrivée tôt en Afrique du Sud. Mais pas de chance pour moi, le 2 juillet était un jour de grève chez Air France…je suis donc arrivée en Afrique du Sud sans bagages et sans boards! J’ai débarqué à Durban pour le Challenger Serie de Ballito, plus par obligation que par envie. Je n’avais pas mes boards pour la compétition et j’ai dû en emprunter une à Samantha Sibley. J’ai attendu quelques jours à Ballito dans l’espoir de les recevoir mais n’arrivant pas, je suis partie en à J-Bay pour m’entrainer avec des boards shapées en urgence part Graham Smith, le papa de Jordy. Difficile de s’habituer à de nouvelles boards en si peu de temps. Finalement, Carissa Moore a trouvé par hasard un de mes boardbags à l’aéroport de Johannesburg, qui attendait d’être expédié…Elle a réussi à le récupérer et me l’amener à J-Bay où nous logions ensemble. J’ai donc retrouvé mes boards, mais pas celles que Sharpeye m’avait fait spécialement pour J-Bay. C’était néanmoins un soulagement à seulement 3 jours de la compétition.

Quand l’épreuve a débuté, nous n’avions eu encore aucun swell pour nous entrainer. Il a fallu donc apprivoiser le spot lors du 1er tour. J’ai réussi à trouver une bonne vague mais je n’ai pas réussi à coller Caroline Marks, très à l’aise backside sur cette longue droite. Au second tour, dans de belles conditions, j’ai amélioré mes scores pour me défaire d’une Tia Blanco inoffensive sur cette vague qu’elle ne connaissait pas. En quarts de finale, les conditions étaient vraiment différentes, avec des séries de 8 à 10 pieds et de longs murs difficiles à surfer avec des sections tantôt creuses, tantôt molles… J’ai peiné à trouver le rythme de la vague quand Tyler Wright construisait tranquillement son score en allant de plus en plus vers la pocket, obtenant ainsi l’approbation des juges. Je termine donc une fois de plus en quart, à la 5ème place de l’épreuve et je conserve mon second rang mondial avant la dernière épreuve à Tahiti.

 

1 2 quart